Pierre FERRUA
   
 
Une entreprise de carrières et de taille de pierres
  Vers sommaire autobiographie  
 
     
 
création - évolution - activités - produits
 
 
 
1 - Sa création - les étapes de son évolution
         
 
Différentes étapes de l’évolution de l’entreprise
le chemin parcouru de sa création à sa cession
 
 
 


Etape 1 - 1966 premiers travaux
Etape 2 - De 1967 à 1968 premières installations
Etape 3 - De 1969 à 1970 agrandissement des ateliers
Etape 4 -De 1971 à 1975 ouverture d’une nouvelle carrière et nouvelles installations.
Etape 5 - De 1976 à 1980 nouvel agrandissement des locaux et installation de nouveau matériel
Dernière étape 6 - De 1981 à 1995 nouveau matériel et informatisation

Images du bureau d'accueil et de l'aqueduc Romain

 
 
         
 
E001
 

L‘entreprise, le chemin parcouru

La création de l'entreprise et son emplacement est due à la présence d'un important gisement de pierre calcaire sur le territoire de la commune de VERS PONT DU GARD

Comment mieux relater l'histoire d'une entreprise et le chemin parcouru en trente années d'activité qu'en contant les différentes étapes de son évolution ? C'est en les décrivant depuis sa création que je vais tenter de le faire.

Difficile d'imaginer l'état des lieux existants lorsque j'ai créé l'entreprise et commencé l'exploitation de la première carrière.
Pour mesurer le chemin parcouru en trente années d'activité, l'image de garrigue E001 donne un aperçu de ce qu'était le domaine de l'entreprise avant que j'entreprenne les premiers travaux d'aménagement.

Du chemin communal le plus proche, situé à 300 mètres de l'entrée, Il n'y avait alors aucun accès aux parcelles de terrain qui allaient être occupées par l'entreprise. Une infime partie de celles-ci, un hectare environ, était d'anciennes terres cultivées abandonnées depuis bien des années. Tous les autres terrains n'étaient que rochers et garrigues broussailleuses parsemées d'étroits sentiers empruntés par les chasseurs et les chercheurs de truffes.

Il fallut créer un chemin carrossable accédant aux parcelles de carrières et à celles où allaient être créés les ateliers pour le travail de la pierre.

Au fur et à mesure des besoins, les terrains allaient être aménagés et les bâtiments construits

 
         
 
E002
 
L'image E002 représente l'entrée existante en 1995 lorsque j'ai cédé l'entreprise. Elle conduit à la réception, au pavillon d'exposition et aux bureaux. La comparaison avec l'image précédente est éloquente.

Sur le pilier de droite, en relief, le logo Pierre FERRUA.

Cette entrée s'ouvrait sur un domaine de 18 hectares, se répartissant comme suit :

 
     
  • Deux hectares et demi de terrain sur lesquels étaient édifiés environ 5000 mètres carrés de bâtiments abritant bureaux, ateliers de transformation de la pierre, de conditionnement et de stockage,
  • Deux hectares et demi de terrain à usage de dépôt
  • 13 hectares de carrière
 
   
Afin de mieux présenter l'évolution du patrimoine de l'entreprise créé au cours de mes trente années d'activité, des plans schématisés donnent une image des étapes successives de son développement, de sa création en 1965 à sa cession en 1995. Ils ne représentent pas des surfaces, des formes et des limites précises des terrains et des bâtiments. Ils sont des schémas des différentes étapes de l'organisation des emplacements de travail et des bâtiments de l'entreprise. Sur chaque plan, sont représentés en grisé clair les espaces de travail existant en 1995 lors de la cession de l'entreprise mais non encore occupés lors de la période correspondant au plan. Pour chaque étape, sont indiquées les emplacements nouvellement aménagés et les bâtiments construits
 
         
Plan N°1
 

Etape 1 - 1966 premiers travaux - Plan N° 1

En 1966, lorsque je commence la mise en exploitation du site, je dispose de deux carrières : une ayant été exploitée sur quelques dizaines de mètres carrés seulement, la carrière du Roc Plan, du nom du lieu-dit, et une autre, plus importante, de 150 m² environ comportant des fronts de 4 à 5 m de haut, la carrière de Sainte-Marie. Je décide d'extraire mes blocs dans cette dernière.

Le chemin d'accès y conduisant, taillé dans le rocher pour le passage des charrettes, est trop étroit pour y faire passer un camion; Pour l'élargir, j'y extrais mes premières pierres. Après quelques mois d'extraction et de taille sur place des pierres extraites, je me rends à l'évidence; l'élargissement du chemin sur toute sa longueur est une tâche trop importante que je ne pourrais mener à bien avec les moyens dont je dispose. J'abandonne la carrière de Sainte-Marie pour celle du Roc Plan.

Depuis le chemin communal existant, pour commencer l'extraction des blocs, je débroussaille et crée un chemin d'accès à la carrière. A proximité de celle-ci j'aménage une surface de travail pour entreposer mes pierres.

Pendant environ un an, mis à part les blocs à tailler trop importants pour être transportés et qui sont travaillés sur place, je taille mes pierres au village sous un auvent dans une cour attenante à mon habitation où je les transporte avec l'aide d'un ami paysan qui met à ma disposition sa charrette et son cheval.

Pour tout matériel, je dispose d'un camion grue acheté d'occasion pour la manutention des blocs, d'un compresseur diesel pour fournir l'air comprimé nécessaire au découpage des blocs au marteau piqueur, et d'un petit groupe électrogène. Ce dernier alimente en électricité la petite machine à disque employée pour la taille et la perforatrice utilisée pour percer et débiter les blocs,. Mes pierres sont taillées en partant des blocs bruts d'extraction, sans qu'ils aient été équarris au préalable par une machine de sciage ou de débitage.

Pour l'extraction j'emploie, un à deux jours par semaine, un jeune du village qui dégage les brisures de pierre au fur et à mesure que je découpe les blocs au marteau piqueur (voir sur cette même rubrique "découpage des blocs au marteau piqueur") J'exécute seul le levage des blocs, la manutention, la taille des pierres et le chargement des camions.

 
       
Plan N°2
 

Etape 2- période de 1967 à 1968 - Plan N° 2

Après avoir travaillé pendant un an pratiquement seul, j'embauche un ouvrier à plein temps pour m'aider, outre l'extraction, à aménager un espace de travail plus important pour la taille, la manutention, le stockage et construire le premier atelier.

Pour ce dernier, les piliers supportant la charpente, bâtis de 5 m en 5 m coté espace de travail, sont construits en fonction de leur usage futur. Ils supporteront le chemin de roulement des ponts roulants qui seront installés plus tard pour la manutention des blocs et des pierres à travailler dans les ateliers. Une partie du bâtiment abritera la première débiteuse à disque, l'autre partie sera l'atelier de taille.

Une machine à lame diamantée pour scier les blocs est installée à l'extérieur.

Pour le sciage et le débitage de la pierre il faut de l'eau. La canalisation la plus proche est très éloignée et le branchement trop coûteux. Le sous-sol, formé d'une pierre poreuse, est gorgé d'eau. A proximité de l'atelier, je creuse au marteau piqueur à même le rocher, un puits de 14 mètres de profondeur.

Je construis un abri pour y installer le transformateur qui alimentera les machines en électricité, indiqué en rouge sur le plan.

Parallèlement, pour accueillir la clientèle dans un cadre avenant et agréable et exposer les pierres que je taille, j'aménage la route d'accès à la parcelle de 2000 mètres carrés qui, plus tard, recevra les bureaux. Je la transforme en espaces verts et lieu d'exposition. Sont créés : une pelouse engazonnée de 1000 mètres carrés, des massifs de verdure, une allée gravillonnée et des plates-formes d'exposition. Je plante cyprès, cèdres, arbustes décoratifs, taille les arbres existants et expose bancs, tables, piliers, fontaines, meubles de jardin et autres travaux de décoration.

Atout non négligeable qui rehausse l'intérêt du lieu, à gauche de l'entrée, le jardin est bordé par l'aqueduc romain (image E005). Vestige important qui, les alluvions ayant obturé ses arches, est devenu avec le temps un mur de soutènement du terrain en amont.

Rapidement, les visiteurs viennent nombreux, souvent par simple curiosité. Le lieu, encaissé entre les rochers et agrémenté par l'espace vert et la présence de l'aqueduc, présente un intérêt certain. Étant personnellement sur place le dimanche travaillant à l'aménagement et l'entretien du jardin, l'entrée de l'exposition est libre. C'est un but de promenade.

L'originalité du lieu est une bonne publicité. Les commandes dépasseront mes espérances. Il me faut embaucher du personnel.

L'effectif de l'entreprise sera de 12 personnes fin 1968.

 
       
Plan N°3
 

Etape 3 - Période de 1969 à 1970 - Plan N° 3

Pour faire face à la demande, l'entreprise doit produire plus.


  • Agrandissement des ateliers pour recevoir d'autres machines.
  • Agrandissement de la surface de stockage et de manutention.
  • Construction des piliers de support et installation d'un premier pont roulant de 18 mètres de portée couvrant une grande partie de la surface de travail extérieure

La traversée du village par le convoi spécial transportant les deux poutres de 18 mètres est un événement. Deux grues sont nécessaire pour déplacer l'avant et l'arrière du camion à chaque angle de rue.

L'effectif de l'entreprise 25 personnes en 1970.est de

 
         
Plan N°4
 

Etape 4 - Période de 1971 à 1975 - Plan N°4

La carrière du Roc Plan donne une pierre de moins bonne qualité.
Ouverture de la carrière du Garachol (lien vers page carrières : image E1-004 "naissance de la carrière du Garachol") et de celle de Roque Haute.

  • Nouvel agrandissement des ateliers existants.
  • Prolongement du chemin de roulement et installation de deux nouveaux ponts roulants à l'extérieur pour l'approvisionnement des nouvelles machines installées.
  • Installation d'un pont roulant à l'intérieur des ateliers pour la manutention.
  • Construction de nouveaux bureaux dans l'espace vert de l'entrée.
  • Aménagement du parking pour le stationnement de la clientèle.
  • L'effectif de l'entreprise passe à 40 personnes
 
         
Plan N°5
 

Etape 5 - Période de 1976 à 1980 - Plan N° 5

Le développement du marché de la cheminée et du barbecue, la mise en place d'un réseau de magasins revendeurs nécessitent une évolution dans les méthodes de vente, de production et de conditionnement.

  • Construction d'un bâtiment de 1000 m² à usage de magasin et dépôt pour le stockage et conditionnement des cheminées.
  • Aménagements d'un nouvel espace de travail pour le stockage des produits finis et le chargement des camions.
  • Agrandissement des ateliers existants pour y installer un poste de préfabrication de foyers et de produits réfractaires de cheminées, et d'éléments de décoration en béton.
  • Installation de nouvelles machines et d'un pont roulant à l'intérieur des ateliers.
  • Construction d'ateliers conçus spécialement pour la taille de Pierre, dotés de systèmes d'aspiration des poussières.
Construction d'un nouveau bâtiment dans l'espace vert de l'entrée. Il abrite un hall d'exposition intérieure pour la réception de la clientèle et des bureaux pour la direction et le service commerciale.

L'effectif de l'entreprise est de 80 personnes en 1980
 
       
Plan N°6
 

Dernière étape 6 - Période de 1981 à 1995 - Plan N° 6

L'évolution progressive des ventes dans la grande distribution, l'orientation de la production vers des produits préfabriqués et le béton décoratif nécessitent la création d'un nouvel espace de travail spécifique et la construction d'un atelier de 1000 m².
Pour permettre une production plus importante et plus rapide qu'exige le marché de la grande distribution, de nouvelles machines sont installées.
Les gains de production obtenus permettent une réduction des effectifs et une meilleure organisation du travail.

L'informatisation des tâches administratives et du suivi de production allège les structures administratives et d'encadrement.

Cet allègement des charges autorise une augmentation du personnel commercial nécessaire pour le suivi de clientèle du réseau de vente national.
L'effectif de l'entreprise se stabilise à 45 personnes environ. Pendant les saisons de fortes ventes, d'avril à octobre, il est complété par du personnel intérimaire, 10 à 15 personnes.

 
         
 
E003
 

Images E003

Le bâtiment abritant le hall d'exposition et réception de la clientèle, les bureaux de la direction et des services commerciaux. C'est la dernière étape de l'aménagement de l'espace d'accueil

 
         
 
E004
 

ImagesE004

Sur la gauche de l'image, près des bureaux, l'aqueduc construit par les Romains.

Le terrain sur lequel j'ai aménagé l'espace vert et construit les bureaux était, il y a deux millénaires, un vallon encaissé entre les rochers au fond duquel, par temps de fortes pluies, s'écoulaient de grandes quantités d'eau provenant des collines situées en amont. En aval du terrain enjambant le vallon, les Romains construisirent une portion de l'aqueduc qui conduisait les eaux d'Uzès à Nîmes. Au fil des ans, les alluvions obturant les arches inférieures et s'accumulant en amont, l'aqueduc devint le mur de soutènement du terrain. Dans le souci de préserver l'aqueduc du risque d'être détruit par la poussée des eaux et de la terre, je fis creuser une tranchée pour dégager les arches, et construire un mur de soutènement à quelques mètres de distance.

Sur l'image on distingue nettement les vestiges du canal et les concrétions calcaires déposées par les eaux.

 
         
 
E005
 

Image E005

L'aqueduc, vue en aval. Malgré les fouilles, les arches demeurent obstruées en grande partie par les alluvions

 
         
 
E006
 

Image E006

Le canal de l'aqueduc. Lorsqu'il fut hors service, Les pierres des murs et de la couverture du canal furent utilisées par les habitants de la région pour la construction des habitations.L'image montre les concrétions calcaires déposées par l'eau au fil des années à l'intérieur du canal.

 

 
         
 
 
 
  Vers sommaire autobiographie   Vers La pierre  
Accueil - Autobiographie - Chronique - Contact