Pierre FERRUA
   
 
Une entreprise
  Vers sommaire autobiographie    
 
 
 
2 - La pierre - le gisement, ses caractéristiques
 
 
 
Le Pont du Gard réalisé il y a plus de 2000 ans par les Romains est une référence pour la pierre de VERS PONT DU GARD. De par sa masse et les imposants blocs avec lesquels il est construit (certains pèsent plus de trois tonnes) ainsi que par son usage de passage sur la rivière Gardon, il a échappé au travail des démolisseurs. Il est probable que si l'aqueduc qui le prolonge en amont et en aval n'avait pas été récupéré en grande partie pour la construction dans la région, il continuerait, lui aussi, à défier les siècles. Rien d'étonnant que le Pont du Gard ait donné son nom à la pierre de Vers
 

En arrivant à VERS en septembre 1948 (à cette époque le village n'avait pas encore accolé "Pont du Gard" à son nom) je découvrais enfin la pierre et le lieu dont j'avais tant entendu parlé par les compagnons tailleurs de pierre qui y avaient séjournés. J'y trouvais la sécheresse de la campagne méridionale qui contraste tant avec la verdure et la fraîcheur de ma Campagne Bourguignonne natale. Quant à la pierre, bien qu'avant mon arrivée j'en avais apprécié le caractère décoratif par les cintres qui ornaient la sale à manger de la maison des Compagnons de Lyon, le Pont du Gard que j'avais admiré en arrivant et la découverte de la carrière, m'en donnèrent une image qui allait bien au de-là de ce que j'en attendais. Au fil des jours, j'allais ma familiariser avec le caractère des lieux et du matériaux. Ils seraient les liens qui m'attacheraient dans ce village pour le reste de mon existence. C'est la raison qui m'incite à parler du gisement de cette pierre dont j'en ai tant extrait et taillé moi-même et fait extraire et tailler par ceux que j'ai eu le privilège de diriger.

Le Gisement est une immense masse de roche calcaire compacte qui s’étend sur la presque totalité du territoire de la commune de VERS et une partie sur CASTILLON du Gard,  village voisin. Son origine remonte à l’ère tertiaire, époque Miocène, étage Helvétien. Je cite un passage de l’excellent ouvrage réalisé par l'association "les Amis de l’Aqueduc" sur le village de Vers :

« Les villages de Vers, Collias et Argilliers sont enfermés entre deux chaînes de collines parallèles  de l’époque crétacée délimitant une vallée fertile.

Cette vallée était jadis un vaste bassin ou plutôt un bras de mer. C’était une portion de la mer Miocène qui, au milieu de l’époque tertiaire, s’avançait vers le nord dans la vallée du Rhône.

Au fond de la mer miocène se déposèrent les sédiments considérables, qui comblèrent bientôt toute la vallée.

Le village de Vers repose entièrement sur les couches de cette mollasse miocène »

Cette masse de pierre calcaire atteint par endroit une épaisseur importante estimée à plusieurs dizaines de mètres par les géologues. Bien souvent elle est à fleur du sol, notamment dans le village ou la plupart des habitations sont construites à même la roche. Lorsqu’elle n’affleure pas le sol, une couche de terre peu importante la recouvre . Elle se trouve parfois même en surélévation

Elle a été utilisée par les Romains pour la construction de l’aqueduc et du pont Du Gard et employée par la suite pour la construction dans la région environnante. Vers 1880, la création d’une ligne de chemin de fer reliant Vers à Remoulins étendit progressivement son utilisation bien au delà de la région. Mis à part une interruption pendant la première guerre mondiale jusqu’en 1942, elle semble avoir été toujours exploitée depuis l'époque Romaine
.
De 1966 à 1995, elle a connu un très fort regain d’activité et les exploitations employaient près de deux cents personnes. Elle avait une renommée qui dépassait largement les limites de nos frontières et était utilisée en majeure partie pour la décoration intérieure et extérieure dans le bâtiment, notamment la construction de cheminées et l’environnement de l’habitat. Vers la fin des années quatre-vingt-dix, la baisse du marché de la cheminée, qui constituait une grande partie du travail de la pierre, l’incidence du  coût de la main d’œuvre et l'importance prise par le béton décoratif dans le marché du bâtiment et de l'environnement de la maison, provoquèrent une notable baisse d’activité. A ce jour, les exploitations existantes sur le site occupent au maximum une cinquantaine de personnes

 
Ses caractéristiques
 
Cliquez sur les vignettes pour agrandir les images. Au besoin autorisez votre navigateur à le permettre.
 
803
804
 

C'est une mollasse coquillière calcaire qui se situe en dureté entre la pierre tendre et la pierre demi dure. Les grains de silex et les coquillages qui la composent en majeure partie la rende très abrasive. Suivant les couches elle est plus ou moins fine ou grossière. "Elle est constituée par des dépôts coquilliers marins, réduits en fragments de différentes grosseurs. Ces fossiles sont en général des pectens, des huîtres, des balanes et une foule d'espèces habitant encore notre mer, tels les polypiers, les coraux, pointes d'oursins ... " (extrait du livre des "amis de l'aqueduc").

Le massif est compact mais plus ou moins homogène. Il comporte des parties argileuses qui ne sont pas exploitables pour de la pierre de taille. La pierre est de couleur jaune, légèrement roussâtre d'un caractère très décoratif par sa couleur et sa composition de fragments de coquillages blanchâtres. Il arrive fort souvent que l'on trouve incrustés dans les éclats de pierre, des dents de poissons parfaitement conservées d'une dimension parfois respectable, plusieurs centimètres.

Les images donnent une idée de la pierre à l'état brut, de la pierre sciée ainsi qu'un morceau de pierre dans laquelle est incrustée une dent de poisson. Les agrandissements photographiques démontrent la qualité décorative des coquillages qui composent la pierre.

Image 803 : pierre éclatée brute
Image 804 : partie à grosse coquille de l'image 803 agrandie 4 fois
Image 805 : partie coquillée de l'image 803 agrandie 10 fois
Image 806 : pierre taillée finement ponsée
Image 807 : partie coquillée de l'image 806 agrandie 8 fois
Image 808 : Morceau de pierre dans lequel est incrusté une dent de poisson
Image 809 : Agrandissement de la dent de poisson sertie dans la pierre

805
 
       
 
806
807
808
809
 
 
 
 
  Vers entreprise - évolution Vers exploitation des carrières  
vers sommaire autobiographie